Accueil | Jeux de rôle /JDR à Besançon

Jeux de rôle /JDR à Besançon

En (très) bref

Le jeu de rôle est une activité dans laquelle une personne joue le rôle d’un personnage réel ou imaginaire dans un environnement fictif.
Ha ben oui, je vous avais prévenu : c’est bref !

Blague à part, voilà un peu plus de détails. Le nom de “jeu” peut induire en erreur concernant l’utilisation qui en est faite. En effet, il s’agit d’une mise en situation pour de l’apprentissage, thérapies, théâtre, recherches en sociologie, etc. Hé oui, les jeux de rôle sont largement utilisé dans des domaines qui n’ont rien à voir avec l’univers ludique et les jeux de société.

Bien évidemment, ce qui nous intéresse ici c’est justement cet univers ludique ! Mais il m’a semblé pertinent de commencer par évoquer rapidement les autres applications du JDR. Ne serait-ce que pour calmer tout de suite les craintes des parents qui se souviennent encore de la frénésie qui avait emporté les médias dans un délire “ça rend fou” ! Rappelez-vous, dans la même période les jeux vidéos tuaient à coup de crises d’épilepsie. Mais on dirait que l’évolution à déjà fait son travail car ce n’est plus le cas de nos jours. C’est ça ou alors les médias racontaient n’importe quoi pourvu que ça vende du papier et fasse de l’audimat. Je vous laisse en juger.

Donc maintenant que la démystification est faite, on va pouvoir entrer dans le vif du sujet !

Le jeu de rôle (JDR) en pas bref du tout 

Comme dit plus haut, je ne vais aborder ici que l’aspect ludique des jeux de rôles. On va parler poupées, dés à 20 faces, épées en mousses, livre dont vous êtes le héros et jeux vidéo fantasy ou futuristes.
Je n’aborderai pas l’utilisation du JDR dans l’intimité. Ça n’a pas sa place ici et de toute façon je ne saurai pas trop quoi vous en dire…

Tout le monde a déjà joué aux jeux de rôles sans le savoir 

Pour débuter, tel le Bourgeois Gentilhomme, vous avez certainement déjà joué aux jeux de rôle avec vos amis dans vos vertes années.
Que ce soit en incarnant les personnages de cowboys et d’indiens, en jouant à la dinette, à la poupée, avec vos petites voitures, au gendarme et au voleur, etc, les exemples sont innombrables et les aventures, depuis oubliées, certainement tout autant ! Et si ça ne vous est pas arrivé, c’est que vous n’avez pas eu d’enfance ! (auquel cas, désolé pour vous…)

Dans le principe, vous comprenez normalement tous en quoi consiste cette mystérieuse technique de divertissement que l’on nommeenfants jeu de role “roleplaying game” en anglais, mais comme on est français on se moque bien de ce genre d’infos.

Dans ce monde des enfants, même s’il n’est pas rare qu’il y ait un meneur qui détermine qui incarne tel ou tel personnage et le scénario de l’aventure, c’est généralement assez informel. Sur le moment nous avons tous trouvé ça fantastique. Ben oui, il y avait des dragons en métal et un Cthulhu rouge dans l’univers de Star Wars ! Mais il faut bien reconnaître que ça méritait largement un guide et des règles pour remettre un peu de cohérence à tout prix dans les scénarios fantasques que les joueurs enfants sont capables d’imaginer !

Les livres dont on est le héros : idéal pour débuter

Les livres  dont on est le héros proposent des scénarios originaux, dans des mondes généralement imaginaires. On y trouve des personnages décrits par l’auteur et un électron libre (Vous) qui occupe le rôle principal !

Alors bon, libre c’est vite dit car vous n’avez comme choix que ceux qui vous sont proposés par l’aventure elle-même. En effet vous n’avez pas la possibilité de réaliser d’autres actions que celles proposées par le livre.
Même si des cartes sont parfois représentées, vous ne pourrez explorer que ce qui est décrit dans le livre. L’aventure peut donc être un peu frustrante à la longue, mais pour de l’initiation c’est vraiment sympa !

Un autre défaut de ces aventures c’est qu’elles sont pour un seul joueur. Et des règles souvent assez simplistes qui ne permettent pas une immersion profonde dans la partie.

Il y a eu de nombreuses éditions de ce genre de livres à une époque. Avec parfois même la mise en place d’une campagne de plusieurs livres qui se suivent. Mais la hype est quelque-peu redescendue et même si vous pouvez certainement toujours en trouver, le secteur est moins dynamique depuis ces dernières années.

Les jeux de rôle sur table

C’est l’archétype du jeu de rôle !jeu de role avec figurine
Il est souvent sous la forme d’un livre de règles et de temps en temps proposé dans une boîte. Le jeu de rôle sur table permet aux joueurs d’incarner un large panel de personnages qui prennent vie dans un univers bien défini. (Star Wars, le Seigneur des Anneaux, Donjons et Dragons, Cthulhu, Shadowrun, etc, etc, etc)

Concrètement, il va y avoir un meneur qui va lire l’ensemble des règles. Il va s’imprégner des cartes et de l’univers en question et inventer un scénario. Il peut également en prévoir plusieurs dans le cas de chroniques sur le long terme, c’est ce qu’on appelle une campagne.

Les joueurs de leur côté peuvent débuter dans ce jeu de rôles en particulier. Mais ce n’est pas indispensable, il peuvent également déjà en maîtriser les subtilités et la technique de règles. Cela est à prendre en compte par le meneur (aussi appelé maître du jeu). Quoi qu’il en soit, les joueurs vont au moins découvrir le scénario concocté pour eux. Il vont y vivre une aventure fantastique pendant laquelle leur personnage va gagner en expérience et en maturité. Ainsi il va développer ses compétences et en acquérir de nouvelles.

S’il ne le sont pas lors de l’initiation de l’épopée, les personnages vont probablement devenir amis. En effet, à force de s’épauler dans leurs aventures et leurs éventuelles anciennes rancunes finiront bien par être oubliées !

C’est aussi ça le JDR : un jeu de société qui forge le vivre ensemble. Même si c’est à travers le fictif de l’heroic fantasy ou la technique d’un Star Wars ! En effet, une campagne bien suivie par les joueurs peut s’étendre sur des années : de véritables chroniques je vous ai dit !

Le jeu de rôle grandeur nature (ou GN)

Hybride entre la vraie vie et le JDR, cette fois le joueur incarne physiquement son personnage et devra réaliser lui-même ses différentes actions. Tous les univers peuvent être mis en œuvre dans le cadre d’un Grandeur Nature. Mais certaines contraintes imposent de “fairejdr grandeur nature comme si” : par exemple, la téléportation (dans le cas d’un GN Star Trek par ex) devra être simulée. Et bien évidemment les combats devront absolument être totalement fictifs. Il est hors de question qu’un joueur soit blessé avec une hache ou une épée lors d’une rixe qui a mal tournée !

Ainsi, à travers les différentes éditions de ces jeux qui ont fleuri à travers l’ensemble du globe, on a vu apparaître des armes et armures en mousse de plus en plus réaliste (et surtout sans danger).

La mise en œuvre d’un jeu à cette échelle (souvent plusieurs dizaines de joueurs) a un prix qui dépasse souvent celui d’un JDR en boite. D’autant plus qu’un seul meneur n’est pas suffisant dans ce contexte et qu’il y a de nombreux organisateurs et PNJ (personnages non-joueurs). Ce derniers contribuent en tant que guide à l’histoire et fournissent les infos dont les joueurs ont besoin.

Ces versions du jeu de rôle ne sont pas forcément idéales pour débuter (à moins d’une édition spécifiquement conçue pour cela) et les enfants y sont également moins bien venus à cause de l’encadrement supplémentaire que cela imposerait aux organisateurs.

Les jeux vidéos 

Certains jeux vidéo essaient d’intégrer une partie des codes des JDR (Little Big Adventures pour ne citer qu’un des plus anciens) avec plus ou moins de réussite.

A la place du maître du jeu, c’est l’ordinateur qui va servir de guide et fixer un cadre. On retrouvera donc un peu le défaut du livre dont on est le héros puisqu’il sera impossible de faire des actions qui n’ont pas été prévues. Et il sera également impossible de sortir des limites des cartes où se passe l’histoire.

Cela dit, certains jeux ont pourtant réussi à proposer un univers extrêmement vaste. Au point que même des joueurs “sur table” ont pu y trouver leur compte et ne pas se sentir bridés.

Là encore c’est un bon moyen de débuter le jeu de rôle. Même si cela ne remplacera pas une véritable initiation entre amis avec par exemple un bon vieux donjons et dragons, vous savez, cette vieille boîte rouge en anglais qui date de 1983 et qui s’arrache à prix d’or sur internet…